Il y a cinquante ans, jour pour jour, le brillant économiste et le plus maoïste des upécistes était abattu dans les maquis du Deuxième front, non loin de la frontière du Cameroun avec le Congo. Hommage à un héros national décapité comme un criminel.

{sidebar id=29} Il était âgé de 36 ans lorsque, le 15 mars 1966, il fut assassiné à Ndélélé par les forces de sécurité de l’armée coloniale, au service de feu président Ahmadou Ahidjo. Selon la légende, la tête d’Osséndé Afana fut tranchée et ramenée à Ahidjo qui la voulait. De la même manière que sur la sollicitation pressante de Salomé et de sa Hérodiade, épouse d’Hérode, Jean-Baptiste, qui donna le baptême à Jésus, fut décapité. Peu ou mal connu des jeunes d’aujourd’hui, Osséndé Afana fait partie d’une génération de révolutionnaires qui ont payé de leur vie leur engagement et leur détermination à libérer le Cameroun et l’Afrique du colonialisme et du néo-colonialisme.

Martyr de la libération nationale.

Né en 1930 à Ngoksaa, le jeune Osséndé Afana est un enfant éveillé qui, très tôt, réalise qu’il faut lutter pour se faire entendre. L’église catholique façonne son éducation, mais n’accepte pas sa liberté d’esprit. C’est sans surprise qu’il est renvoyé du grand séminaire, à cause de ses idées jugées subversives. Il s’inscrit au lycée général Leclerc de Yaoundé, où il obtient son baccalauréat en 1952. Cette année-là, il fait partie des meneurs de la grève organisée dans le lycée par les élèves Noirs, pour revendiquer de meilleures conditions de vie à l’internat. Avec ses camarades de classe, il ne cède pas aux menaces, et met en pratique les principes défendus par l’Union des populations du Cameroun (Upc), dont il n’est pas encore membre. C’est à Toulouse, en France, où il poursuit des études supérieures en économie, qu’il décide de militer dans le parti nationaliste camerounais. Il est l’un des fondateurs du comité de base de l’Upc de Toulouse et anime dans la même localité la section de l’Association des étudiants camerounais (Aec).

En 1954, Osséndé Afana représente l’Association des étudiants camerounais (Aec) à la commission d’attribution, à la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (Feanf). En 1956, il fait partie du comité de rédaction du journal, “ L’Etudiant d’Afrique noire ”, de la Feanf. Il en devient rapidement le directeur et fait, désormais, partie du comité exécutif de la Fédération. L’année suivante, il devient trésorier de la Feanf et s’installe à Paris. Mais le journal qu’il dirige gêne les autorités françaises, à cause d’une ligne éditoriale très engagée. Osséndé Afana quitte clandestinement la France, en 1958, pour rejoindre au Caire, en Egypte, la direction de l’Upc en exil.

Il devient, après l’assassinat de Ruben Um Nyobe, un collaborateur important de Félix-Roland Moumié, d’Ernest Ouandié et d’Abel Kinguè. Il est nommé représentant de l’Upc au Secrétariat permanent afro-asiatique au Caire. Aux côtés des trois dirigeants de l’Upc, Osséndé Afana apporte son savoir et son savoir-faire pour faire avancer la cause nationaliste. Il a le privilège de faire partie de la délégation qui est allée défendre aux Nations unies la thèse de l’indépendance du Cameroun, comme une exigence et une nécessité immédiate. Osséndé Afana ne quitte pas les membres du comité directeur de l’Upc en exil lorsque le siège du parti se déplace du Caire pour Conakry, en Guinée.

{sidebar id=30} La mort du président Félix Moumié, le 3 novembre 1960, à Genève, des suites d’un empoisonnement au Thallium, entraîne la constitution d’un comité révolutionnaire comprenant Ernest Ouandié, Abel Kinguè, Osséndé Afana, Njawé Nicanor, Ndongo Diye, Michel Ndoh et Woungly Massaga. Deux des sept membres de ce comité vont choisir de retourner aux maquis. Ernest Ouandié en est le premier, suivi par Osséndé Afana. L’un et l’autre prennent respectivement la direction du “ front de l’Ouest ” et du “ front de l’Est ”, encore appelé “ deuxième front ”. Mal préparé et, sans doute, trahi, Osséndé Afana est repéré, pourchassé et abattu. Avec ses compagnons de lutte du deuxième front, aux frontières du Cameroun avec le Congo. Les circonstances exactes de l’assassinat d’Osséndé Afana ne sont pas totalement élucidées.

Témoignage

Il y a plusieurs années, dans un débat par médias interposés, feu l’écrivain, Mongo Béti, demandait à Henri Hogbè Nlend de dire au public ce qui s’est passé réellement le 15 mars 1966. L’ex-ministre n’a jamais répondu à l’interpellation de l’écrivain immortel.

Dans un témoignage publié il y a dix ans, Michel Ndoh de regretté mémoire, déclare que : “ Osséndé était le premier économiste camerounais et même d’Afrique noire. Il était mordu par le virus upéciste (…) Il entre au maquis relativement sans discrétion et de façon précoce. Notre projet du Deuxième front, que Woungly Massaga ira mener plus tard, nous entendions le concrétiser dans la discrétion et pas en 1966. Osséndé a voulu précipiter les choses. (…) Je garde de lui le souvenir d’un nationaliste véritablement engagé, radicalement différent de ceux qui, aujourd’hui, ne s’engagent dans le combat que pour défendre leurs intérêts ou ceux de leurs tribus. (…) ”, avait-il conclu. Plongée dans les divisions et les factions qui ternissent son image, l’Upc n’a pas encore retrouvé sa vraie place dans l’échiquier politique.

Les querelles de chiffonniers entre légalistes et légitimistes upécistes ont débouché sur l’appropriation par certains du sigle de l’Upc à des fins égoïstes. Quarante ans après la disparition du premier théoricien du socialisme africain, il est souhaitable que ceux, qui se réclament de son parti politique (l’Upc), fassent preuve d’humilité et changent de mentalités.

Ecrivain, homme politique, intellectuel et homme d’action au service de son peuple, Osséndé Afana est, avec Cheikh Anta Diop, un précurseur sur les études scientifiques relatives aux conditions du développement de l’Afrique. Incompris et marginalisé comme le sont la plupart des prophètes, ses travaux économiques et son engagement politique lui donnent raison aujourd’hui.

Il y’a justement cinquante ans, Osséndé Afana s’insurgeait contre les “ Impérialistes (qui) utilisent aussi les prêts pour piller les pays sous-développés ” en exigeant des taux d’intérêt exorbitants et des “ conditions d’utilisation et de remboursement très onéreuses ”. Il était persuadé que bon nombre de nos pays risquent de devenir “ des esclaves pour dettes ” et surtout, que l’aide des pays occidentaux “ est essentiellement un instrument du néo-colonialisme ”.

LA LUTTE CONTINUE ET NOTRE VICTOIRE EST CERTAINE !!!

Ankhamon Dellhotep

https://www.facebook.com/rene.dell.1

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × quatre =