Luttant avec une économie chroniquement stagnante et l’un des taux de criminalité les plus élevés dans le monde, la Jamaïque est en train de trouver de l’aide à travers un leader Pan-africaniste noir qui est mort il y a plus de 70 ans.

Marcus Garvey, qui a inspiré des millions d’adeptes à travers le monde avec des messages de la fierté noire et de l’autodétermination, est ressuscité dans un nouveau programme d’éducation civique obligatoires dans les écoles à travers le pays à prédominance noire de 2,8 millions de personnes (97 % de la population).

Les élèves de la maternelle à l’école secondaire sont censés apprendre des valeurs telles que l’estime de soi, le respect d’autrui et la responsabilité personnelle en étudiant Garvey, que Martin Luther King Jr. a appelé le « premier homme en terme d’influence et de niveau à redonner aux nègres un sentiment de dignité et de vouloir retrouver son destin « Mais le programme évite presque totalement les positions qu’a eu Garvey et qui sont profondément controversés: sa promotion d’un mouvement « Back to Africa », son utilisation du titre de «président provisoire de l’Afrique » et une campagne pour la séparation raciale, né de la conviction que blancs ne permettraient jamais aux Noirs la justice. Il a même rencontré le Grand Sorcier du Ku Klux Klan, qui conduisit certains leaders afro-américains à se poser la question de sa santé mentale.

W.E.B. Du Bois, pionnier dans la question des droits civiques, l’a une fois appelé « le plus dangereux ennemi de la race nègre. »

Le programme est une refonte importante de l’héritage de Garvey dans son pays natal des Caraïbes. Il était la première personne nommée comme héros national après l’indépendance en 1962, et le gouvernement a mis sa tête sur les pièces de monnaie. Mais il avait refusé à chaque fois qu’on lui avait demander d’utiliser ses enseignements dans les écoles, là où l’histoire n’est, selon lui, pas un sujet assez important.

Mais le programme évite presque totalement les positions qu’a eu Garvey et qui sont profondément controversés: sa promotion d’un mouvement « Back to Africa », son utilisation du titre de «président provisoire de l’Afrique » et une campagne pour la séparation raciale, né de la conviction que blancs ne permettraient jamais aux Noirs la justice. Il a même rencontré le Grand Sorcier du Ku Klux Klan, qui conduisit certains leaders afro-américains à se poser la question de sa santé mentale.

W.E.B. Du Bois, pionnier dans la question des droits civiques, l’a une fois appelé « le plus dangereux ennemi de la race nègre. »

Le programme est une refonte importante de l’héritage de Garvey dans son pays natal des Caraïbes. Il était la première personne nommée comme héros national après l’indépendance en 1962, et le gouvernement a mis sa tête sur les pièces de monnaie. Mais il avait refusé à chaque fois qu’on lui avait demander d’utiliser ses enseignements dans les écoles, là où l’histoire n’est, selon lui, pas un sujet assez important.

garvey1

Mais certains universitaires se demandent si le programme peut vraiment pallier le manque d’opportunités économiques en Jamaïque.

Hill a dit qu’il soupçonne le programme de se reposer essentiellement sur le principe de « battre le tambour pour Garvey » tandis qu’il fait l’impasse sur ses complexités.

«Si je dis simplement aux étudiants,« Garvey est un grand homme et ce sont les raisons pour lesquelles il était grand » alors je ne leur aurait pas appris quelque chose. En fait, il est probable que vous êtes susceptible d’aliéner les élèves mêmes que vous essayez d’atteindre, car ils seront le reconnaître comme juste une forme de lavage de cerveau idéologique », a déclaré M. Hill. «Vous devez enseigner Garvey dans le cadre du développement de la pensée politique. »

Le manuel de l’enseignant pour le nouveau programme comprend des plans de leçon en utilisant célèbre Garvey cite comme « up, you mighty race, accomplish what you will » d’inculquer l’identité personnelle, la discipline, la courtoisie, la fierté nationale et le patrimoine. Il dit que les cours d’économie pourraient mettre en lumière les expériences de Garvey en tant qu’entrepreneur, tandis que dévotions comprendront hymnes qu’il a écrit. Les jeunes seront tenus de tenir un journal.

Un des rares références à son appel « Back to Africa » est une suggestion pour les étudiants « d’explorer la construction navale, l’industrie du transport maritime et Voyage par mer à travers un projet de reconstruction de (petits modèles de) les navires de la Black Star Line. »

Jusqu’ici il n’y a pas eu d’opposition du public au programme des noirs ou blancs, qui sont habitués à voir Garvey comme une partie de l’histoire du pays et semble heureux d’avoir l’instruction civique, de quelque nature introduit dans les écoles.

Plusieurs écoles ont refusé de permettre à un journaliste de filmer l’intérieur des salles de classe pour voir le cours d’éducation civique en l’action parce que l’orientation ne faisait que commencer.

Mais Ronald Thwaites ministre de l’Education a dit qu’il est confiant que le programme sera bientôt un succès, en disant qu ‘«après de nombreux faux départs, la campagne des valeurs et des attitudes maintenant commencer sérieusement, enracinés et fondés » en Garvey.

garvey2

Source : BlackEconomics.co.uk
Traduit par la Team OJAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

17 − 12 =