Le 11 septembre 1958, Mbend arrive et les conseille de passer la nuit, ce qu’ils acceptent curieusement. Ils sont réveillés par Alexandre Mbend, Paul MBEND et Jean Victor Bissohong, qui les accompagnent à Liaa li Njé récupérer le reste du groupe du Grand Maquis et le ramener à la grotte de MBEND distante de moins d’un kilomètre.

Ils se reposent et mangent un bout pendant que MBEND et ses deux compères disparaissent sous prétexte qu’ils sont allés préparer les abris, MBEND dira plus tard en parabole, être allés visiter les pieges et que sa prise du jour était un gros éléphant (entendez que le gibier UM NYOBE était bien cerné.). Pendant tout ce temps MAYI ma MATIP ne cesse de vouloir convaincre le groupe à se rallier aux forces coloniales.

Le Mpodol a compris qu’il est pris au piège. Il se rend compte que même l’expédition de YEMBEL était un subterfuge pour permettre de gagner du temps et éloigner les éléments gêneurs et ceux qui devaient être épargnés. Il refuse de s’asseoir sur la natte qui lui est proposée, il prend place sur deux grosses pierres superposées par UM NGOS. IL se confie à Jean Marc POHA Et le remercie pour l’eau qu’il.lui sert pour la dernière fois.

MAYI la MATIP qui n’a pas pu convaincre le MPODOL décide de partir. Il disparaîtra pour aller soi disant consulter les oracles. Toujours est-il qu’un moment après, l’armée encerclera le petit groupe et ouvrira le feu. YEM MBACK est abattu, suivi de POHA Et NGO KAM. UM NGOS est blessé à la cuisse, il enrrera dans la forêt pendant 3 jours et se rendra le 14 septembre aux forces coloniales.

Marie NGO NJOCK errera pendant 2 jours avec son bébé dans les bras avant de se rendre à l’ennemi.

YEMBEL s’en sort (miraculeusement) et prend fuite. Il se retrouvera plus tard au maquis de MBEND LIBOT curieusement en compagnie de MAYI ma MATIP qui prétend être aller se soulager (le « caca historique ».) Jean Marc POHA Et Ruth NGO KAM sont immédiatement ensevelis.

Quant au MPODOL, il aurait été capturé.

Lisez la suite : 12 Septembre 1958, il y a 60 ans : Ruben Um Nyobe, la passion du Mpodol

Hilaire Hamekoue

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatorze + six =