président ibrahim keita démission du mali
Partager cet article

La démission du Président Malien Ibrahim Keita survient quelques heures après son arrestation avec son premier ministre Boubou Cissé, par des mutins hier mardi 18 août.

C’est une nouvelle page de l’histoire qui va s’ouvrir pour le peuple du Mali depuis l’arrivée au pouvoir de Ibrahim Keita en 2013.

Les deux hommes politiques ont été conduits après leur arrestation dans le camp militaire d’où est née la mutinerie.

Dans une allocution au peuple malien et aux forces armées, le Président Ibrahim Keita affirme :

Si aujourd’hui il a plu à certains éléments de nos forces armées de conclure que cela devait se terminer par leur intervention, ai-je réellement le choix ? M’y soumettre, car je ne souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires.

En ajoutant que :

C’est pourquoi je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment.

Le Président IBK déclare par la suite :

Et avec toutes les conséquences de droit : la dissolution de l’Assemblée nationale et celle du gouvernement.

Dans le vif

Après l’arrestation de Ibrahim Keita et Boubou Cissé, la communauté internationale s’est indignée de ce coup de force militaire.

Dans le même temps, les mutins ont fait irruption dans la ville de Bamako plus précisément au ministère de la Défense pour y arrêter presque tout l’état-major de l’armée.

L’Union Africaine est monté au crédo en condamnant cet acte.

Du côté de l’Afrique de l’Ouest, ce sont tous les voisins du Mali qui ont fermés leur frontière avec le pays.

Pour la suie des événements, les mutins appellent à une transition civile et la tenue prochaine d’élection.