denis sassou nguesso
Denis Sassou N’Guesso recevant la contribution financière pour sa candidature des jeunes. Credit photo : openafrique.com
Partager cet article

Il était dans le district de Kibangou, au village Pont du Niari, à 93 kilomètres de Dolisie, chef-lieu du département du Niari. Il s’agit du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso qui a, enfin, répondu par un « Oui » aux appels de certains de ses concitoyens qui lui demandaient de se porter candidat à l’élection présidentielle de mars 2021.

Les sages du village ‘’Pont du Niari’’ et les Jeunes du Niari (ex combattants Cocoyes, Mamba et B 12) regroupés au sein de la Dynamique pour la paix ont pressé Denis Sassou-N’Guesso, pour qu’il se déclare candidat à l’élection présidentielle de mars 2021.

Avant eux, le Parti Congolais du Travail (PCT) et ses alliés de la majorité présidentielle l’avaient investi comme leur candidat, des associations et autres organisations ont lancé des appels dans le même sens.

Tout le monde attendait, sans savoir ni l’occasion, ni le jour où le chef de l’Etat congolais allait clairement se prononcer.

C’était donc le suspense ! Pris au dépourvu, mis au pied du mur, comme il l’a dit, lui-même, le président Denis Sassou N’Guesso a choisi la localité de Pont du Niari pour répondre aux appels de tous en acceptant de se porter candidat à l’élection présidentielle de mars 2021.

L’appel nous a été lancé par les anciens et par les jeunes et ils nous ont pratiquement placé au pied du mur, puisque nous avons même reçus leur contribution financière. Et nous avons bien entendu cet appel. Avant eux, nous avons entendu l’appel du PCT et les partis de la majorité présidentielle. Nous disons oui et nous nous portons candidat à l’élection présidentielle du 21 mars 2021,

a déclaré Denis Sassou-N’Guesso, sur fond d’applaudissements et de ‘’oura’’ d’un public visiblement acquis et qui est venu en masse assister à la cérémonie de lancement des travaux de la construction de la route Dolisie-Kibangou sur la Route Nationale n° 3.

Ainsi, candidat à sa propre succession, Denis Sassou N’Guesso est revenu ce qui lui tint à cœur : la paix. En effet, pour lui, la paix, condition sine qua non sas laquelle rien n’est possible doit être préservée.

Nous pensons ensemble dans la paix, nous allons poursuivre la longue marche vers le développement de notre pays,

a-t-il conclu, avant de remercier la population venue nombreuse et qui semblait attendre ce Oui à la candidature avec impatience.

Wilguette Eznez