dot mairage tchad afrique
Partager cet article

L’ampleur de la pratique de hausse du coût de la dot par les parents a eu pour conséquence de freiner les ardeurs des hommes qui préfèrent le long concubinage.

Las de cette situation préjudiciable à leur bonheur, les filles célibataires réunies au sein d’un collectif ont saisi l’opportunité de la baisse des tarifs dans le canton de Baro par les autorités coutumières et religieuses, et ont salué la décision historique.

Cette décision majestueuse (qui) a un double objectif, d’une part réduire le coût exorbitant que nos parents fixent pour la dot afin de réunir deux cœurs qui s’aiment, et d’autre part, éradiquer le vagabondage sexuel qui prend de l’ampleur considérable en milieu jeune,

a souligné le collectif des jeunes filles hors mariage.

Devant les changements sociaux et le coût de la vie chère qui affecte le vécu des populations aussi bien urbaines que rurales, le prix élevé de la dot s’avère un grand obstacle pour les jeunes prétendants.

Ainsi plusieurs de ces demoiselles se trouvent forcer de rester dans les maisons familiales.

Nous sommes fatiguées de rester sans mari jusqu’à 32 ans.

Les jeunes femmes victimes de la conjecture attendent des autorités s qu’elles prennent à cœur leurs préoccupations.

Ont-elles averti, en l’absence de solutions par les autorités compétentes, des actions de protestations d’envergures seront envisagées sur l’ensemble du territoire jusqu’à satisfaction de ladite doléance.